Cultivons le SENS… de l’orientation – « LES » sens de l’orientation

En cette Semaine québécoise de l’orientation 2022, l’Ordre a choisi de s’adresser à nous après ces mois de P* liés à la C*. J’ai décidé sciemment d’omettre l’utilisation des mots sans doute les plus utilisés des derniers mois. Ces mots freinent parfois la lecture d’un texte parce qu’on est saturé de les lire, de les entendre, de les vivre… Parce que ces mots n’ont pas le même sens pour tous. Pour certains le sens de ces mots évoque des passages plus douloureux, de la maladie à la fin de vie en passant par une multitude d’acrobaties pour traverser cette période pour le moins particulière. Pour d’autres, ces mots portent une signification plus positive, de nouvelles possibilités, de l’ouverture, de la souplesse ou encore une liberté de choix entre le présentiel et le télétravail.

Lorsque l’on m’a contacté pour contribuer la SQO 2022 en rédigeant un texte sur le thème de cette année, mon premier réflexe fut de me dire « ça n’a pas de bon sens, le délai est trop court ». De toute évidence, comme vous êtes à lire ce texte c’est que j’ai trouvé un autre sens à ce qui n’avait pas de bon sens à prime à bord.

L’Ordre a donc choisi cette année de dédier la SQO à ses membres sous le thème que vous connaissez déjà : « Cultivons le SENS… de l’orientation ». La contrainte du thème dans l’écriture est une chose, mais l’utilisation du mot « sens » singulier a attiré mon attention. N’y a-t-il qu’un seul sens de l’orientation ?

Historiquement considérés comme ceux qui donnaient littéralement le sens, la direction aux étudiants en les orientant, mais aujourd’hui il en est tout autrement pour les c.o. Notre profession a évolué vers une expertise de la relation travail/individu qui prend maintenant plusieurs sens : en éducation, en employabilité, en organisation, en réadaptation et santé mentale, en pratique privée et sans oublier les collègues du monde de la recherche. Cette extension des milieux de pratique vaut à mon sens que nous utilisions le pluriel : « Cultivons les SENS… de l’orientation ».

La population a avantage à faire connaît-sens avec cette étendue de services que peuvent offrir les conseillers d’orientation afin de contribuer à leur qualité de vie. Il est temps que le conseiller soit consulté pour l’ensemble de son expertise, du choix de programme à la transition vers la retraite en passant par la réorientation et l’adoption de stratégies d’adaptation professionnelle.

C’est dans cette optique que je tenterai de rendre hommage, aussi minime et simple soit-il, aux membres de notre profession qui ont traversé les derniers mois avec brio. Peut-être même sans s’en rendre compte, car pour le meilleur et pour le pire, je crois que l’humilité fait partie de l’ADN des c.o.

Le secteur de l’éducation est pour plusieurs, le « sens premier », le « sens original » de notre profession. Dans les derniers mois, plus que jamais, vous avez dû accompagner tant de jeunes à trouver du sens dans un monde scolaire qui oscillait entre la connexion et la déconnexion. Qui plus est, plus les jeunes étaient en « connexion » avec le monde scolaire, plus ils avaient envie de « déconnecter » de leur projet académique, celui-ci n’ayant plus de sens. C’est par l’exemple que vous avez su transmettre résilience et tolérance à l’incertitude à vos étudiants.

Pour le secteur de l’employabilité, le « sens profond » de l’orientation, passe par la proximité auprès des clientèles des plus vulnérables. Cette vulnérabilité qui a été accentuée par l’incertitude du marché du travail et par l’isolement forcé pour plusieurs. À travers ces contraintes, vous avez su vous adapter, autant que faire se peut, tout en gardant au cœur cette chaleur et cette proximité qui vous est propre.

Malgré les circonstances, les C.O. des milieux organisationnels sont arrivés à mobiliser le potentiel des personnes tout en mettant à l’avant le « sens humain » de l’expression « ressources humaines », sans pour autant oublier la complexité des enjeux reliés au monde régi par le marché. Organiser un monde en désorganisation, créer une proximité avec des employés à distance, accompagner à décrocher alors que tous sont connectés, voilà tant de défis que vous avez relevés.

Pour le secteur de la réadaptation et santé mentale, travailler avec ce qui n’a pas de sens, avec des situations incontrôlables qui ont un impact immense sur la vie de vos clients, c’est votre quotidien. Cette période vous a permis de continuer à mobiliser ce potentiel à trouver des « sens nouveaux » dans des situations hors de l’entendement.

Enfin, comme le secteur privé regroupe souvent en un seul C.O. ou en une équipe l’ensemble des secteurs soulignés précédemment, je mets l’accent sur leur « sens de la polyvalence » assumé. Cette polyvalence jumelée à des capacités d’adaptation et « à faire autrement » leur a permis de traverser cette période de main de maître.

Mention spéciale, à un secteur qui n’en est pas un ou encore un sous-secteur de l’éducation, celui de la recherche. La reconnaît-sens de la contribution des C.O.-chercheurs dans notre compréhension du « sens global » de l’orientation est essentielle au rayonnement de notre profession. Ils nous permettent et nous permettront de mieux comprendre les impacts au niveau macro et contextualiser dans le temps de cette période. Ils développent la science et les outils, tant pour les intervenants que pour la collectivité.

La reconnaît-sens du rôle important que nous avons joué dans les différents secteurs après cette période mouvementée est es-sens-tielle. Cela doit nous inspirer à donner un sens, des sens à notre expertise de la relation individu-travail-formation.

Une opportunité s’offre à nous. À l’heure où le système de la santé est en mal de psychologues, il est important de mettre de l’avant notre expertise, de révéler que les problèmes reliés au travail ne sont pas toujours pathologiques et qu’ils peuvent aussi souvent être travaillés en amont. C’est là que se joue une partie de la reconnaît-sens de notre belle profession et de son utilité sociale visant le mieux-être personnel et professionnel.

Bonne SQO 2022 à tous !

Cultivons le SENS… de l’orientation