La persévérance, vraiment? mais à quel prix…

persévéranceMalgré le fait que nous sommes dans une période où tout se consomme rapidement, il semble que la persévérance continue d’avoir son capital de sympathie alors que l’abandon semble être un synonyme d’échec.

Je ne suis pas en train de dire que nous devrions abandonner dès qu’un obstacle passe sur notre chemin ou lorsque les difficultés semblent insurmontables, vraiment pas. Par contre, ces obstacles et ces difficultés sont parfois des opportunités, des signes qu’il est temps de réfléchir sur les motivations qui nous poussent à poursuivre ce programme d’études ou ce travail (ou tout autre projet).

Est-ce que je continue à tout prix, ou simplement, pour finir quelque chose que j’ai débuté? Quelles en seront les conséquences? Vais-je en retirer une grande satisfaction? Aurai-je l’impression d’avoir perdu mon temps? Quelle sera l’étape suivante?

Dans le cas du monde scolaire, est-ce que persévérer dans le mauvais programme impliquera une baisse de la motivation; une baisse dans les résultats? Est-ce que ma cote R risque alors de m’empêcher d’avoir accès à un autre programme?

Est-ce qu’abandonner pourrait être stratégique?

Est-ce que persévérer m’empêchera de suivre un programme que j’aime plus tard?

Est-ce que vouloir continuer pour ne pas perdre son temps peut équivaloir à le perdre en bout de ligne?

La persévérance a ses bons et mauvais côtés, avant de continuer à tout prix sans trop savoir ou avant de tout abandonner sans en mesurer les conséquences, prenez le temps de consulter votre conseiller d’orientation.

Francis Grégoire
Conseiller d’orientation
DÉCOUVRIR | CHOISIR | AGIR

www.orientationsolutions.ca

© Francis Grégoire 2016-

P.S. Pour mes lecteurs du collégial et de l’université, n’oubliez pas de vérifier votre calendrier scolaire pour les dates de modification et d’abandon de cours. Une fois ces dates passées, la meilleure option est de maintenir la motivation et continuer jusqu’à la fin de la session.