C’est en acceptant le gris que nous profitons aussi du rose, qui le côtoie.